MASKS

un projet artistique paneuropéen

Lundi 13 avril 2020, le projet artistique paneuropéen MASKS débutera par une première série de présences simultanées sur Internet - initialement en Allemagne, en Italie, en France, en Écosse et en Grèce. Au centre de ce networking de personnes créatives des domaines de la peinture, du graphisme, de la photographie, de la musique et de la littérature, se trouve l'image du masque à l'époque de la pandémie mondiale du corona virus.

 

Chaque genre artistique a prouvé de manière précoce et approfondie que l'art est particulièrement adapté pour explorer notre relation à la matière non humaine. Par exemple, le compositeur de la Renaissance Orlando di Lasso a placé les animaux au centre de la performance musicale dans certaines de ses pièces a cappella. D'un point de vue satirique, politique et moral, il les présentait comme des êtres égaux à l'homme. Légendaire est la description de l'ascension du Mont Ventoux provençal en avril 1336, avec laquelle Francesco Petrarca place pour la première fois l'expérience humaine de la nature au centre d'une œuvre littéraire. En peinture, Giorgione a retiré le paysage au début du XVIe siècle de son rôle secondaire traditionnel d’arrière plan. Dans sa peinture "La tempète", il est étroitement lié aux figures humaines représentées comme une partie indispensable du message psychologique de l'image. Avec l’arrivée de la peinture en plein air, le paysage a ensuite été élevé à un thème explicite - un point de vue qui était adopté notamment par les colonies d'artistes européennes établies dans la première moitié du XIXe siècle.

 

Surtout dans cette période de la crise du corona virus, nous avons besoin d'un art qui dépeint l'emboîtement des organismes. Un art qui expose l'égocentrisme humain comme une vaine tromperie de soi. Parce que nous, les humains, courons encore et encore le risque d'oublier que l'environnement n'est pas seulement formé par nous, mais aussi par d'autres organismes. Nos corps ne sont pas des systèmes fermés, séparés de notre environnement, mais à pores ouverts. Le mélange de matière non humaine, humaine, synthétique et naturelle est une réalité.

 

MASKS fait preuve de solidarité.

Les artistes évoluent également dans cette réalité, car les habitants des villages, des villes, des pays sont touchés par la maladie covid-19. Des voisins, des connaissances et des concitoyens sont infectés, tombent malades et meurent. Du milieu de ces sociétés, ils témoignent de leur solidarité avec les œuvres relatives à la pandémie. Nous sommes tous liés aux personnes touchées par la maladie, aux infectés, aux malades et à leurs soignants, qui vont jusqu’au bord de leur résilience pour nous tous. Pour la protection des autres, par amour pour les autres et donc aussi pour nous-mêmes, nous avons pris l'habitude de porter des masques de protection. De cette façon, nous prenons soin de ce qui nous est cher: notre santé et celle des autres. Ceux qui montrent moins de visage en ces temps par amour pour eux-mêmes et d'autres, montrent «plus de visage» et de connectivité bienveillante en ce moment. L'importance du masque dans la pandémie ne se limite pas aux aspects de la santé. Par conséquent, MASKS montre les gens qui portent des masques.

 

MASKS met en arrière-plan l'image du masque.

Cependant, les images d'horreur déclenchées par le Covid-19 menacent de réduire l'importance du masque à l'aspect protecteur. Un masque de protection médical peut protéger contre les infections, il est devenu vital. Il n'est pas sûr que toutes les personnes en Europe seront bientôt en mesure de se couvrir le visage, ni dans quelle mesure les masques orbitaux sans filtre protégeront contre l'infection par les gouttelettes. Ils laissent entrer les virus, mais limitent leur sortie. De nombreuses personnes mettent quotidiennement la main sur leur visage. Le masque aide à se souvenir de ne pas faire cela. Cependant, la violence de la pandémie fait perdre de vue le large spectre de sens du masque. Un masque est bien plus qu'un simple instrument qui nous protège, derrière lesquels nous pouvons nous cacher. Tous les masques de l'histoire culturelle humaine ne font pas référence à l'hôpital et aux problèmes respiratoires. Depuis des temps immémoriaux, le masque a fonctionné comme un moyen rituel, une déclaration religieuse ou un déguisement, et mis le porteur du masque au centre de l'attention. Tout au long de la longue histoire de l'humanité, les masques ont été utilisés dans les danses rituelles pour effrayer les esprits ou adorer les divinités protectrices. Les masques de la mort sont connus depuis l'Antiquité. Les masques utilisés dans le théâtre grec antique représentent des états émotionnels. Les masques de la Commedia dell'arte ont ouvert des possibilités d'interprétation sociale au public. Ces exemples montrent que les masques rendent une expression faciale visible, reconnaissable. Les personnes portant des masques sont vues et reconnues.

 

MASKS prouve que nous sommes vivants et continuons de faire face à la crise.

L'art est aussi un acte d'engagement social. Les virus invisibles nous ont occupés de toute leur matérialité. Ils nous montrent clairement la fragilité de l'ordre conçu par l'homme. MASKS encourage les gens à gérer activement les peurs et les traumatismes qui affligent désormais de nombreuses personnes. Même en temps de crise, la vie continue. Les artistes créent un témoignage de ces mois difficiles. Ils offrent des exemples de réponses matérialisées en mots, en images, en sons et en imagination. Les œuvres d'art que MASKS montre sont comme des lettres, des cartes postales, des cartes de visite, envoyées hors de l'isolement au monde extérieur.

 

MASKS est une initiative européenne.

L'isolement social empêche la coopération directe, quelle que soit la distance à laquelle nous vivons et travaillons. Peu importe que vous viviez au même endroit ou dans un autre pays. Aujourd'hui, tous les habitants de ce monde sont également touchés par les restrictions. Grâce au projet artistique MASKS, les artistes peuvent montrer qu'ils sont néanmoins en contact les uns avec les autres, qu'ils se tiennent côte-à-côte et travaillent ensemble - même s'ils ne sont pas autorisés à se rencontrer physiquement. La connexion entre les artistes traverse toutes les frontières nationales, qui sont désormais largement fermées. L'initiative MASKS représente l'idée européenne en promouvant une plus grande compréhension et coopération culturelles dans le contexte européen.

 

MASKS offre la possibilité de trouver un public même sans expositions en direct.

Sans public, l'art et les services qui lui sont associés ne peuvent être vendus. Les restrictions de sortie ont transformé les studios en ermitages et les expositions prévues ont été annulées. Mais les artistes ont besoin d'un public pour survivre. Le networking et la tentative de sortir conjointement des projets artistiques augmentent les chances d'atteindre un public.